JFL

14 mai 2020

Comment la pandémie pourrait accélérer le passage vers l'investissement durable

Alors que le monde dirige son attention vers la réouverture des économies, il semble que plusieurs aspects en lien avec nos façons de faire et de travailler ne seront plus jamais les mêmes. Des nouveaux concepts comme la distanciation sociale et la fermeture des économies présentent pour les individus, les entreprises et les gouvernements des changements et des défis importants à prendre en considération. La pandémie expose les faiblesses de nos chaînes d'approvisionnement de type « juste à temps », elle met en lumière les inégalités sociales et elle démontre la vitesse et l’ampleur avec lesquelles les émissions de gaz à effet de serre  peuvent chuter lorsque les gens cessent de voyager. Pour nous, cela met également en évidence des opportunités d'investir dans un avenir plus résilient et durable.

Une attention accrue portée sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG)

La pandémie actuelle a rappelé aux investisseurs pourquoi il est important de prendre en considération des éléments tels que le fonctionnement de la société au sens large et la santé de l’ensemble des parties prenantes, lors de la prise de décisions d'investir à long terme. Ces éléments, qui ne sont pas financiers à la base et qui touchent la société en général, ont  des effets importants sur les entreprises, depuis de début de la pandémie. Par conséquent, il est logique pour les investisseurs de se concentrer davantage sur ceux-ci.

En janvier, nous avons publié un article de notre série Les dossiers ESG sur la Business Roundtable, un groupe composé de 181 PDG des sociétés américaines influentes. Ce groupe a adopté une déclaration proposant une mise à jour de l’objectif d'une société. Celle-ci reconnaît que les décisions des entreprises  doivent apporter de la valeur à toutes les parties prenantes et non plus seulement aux actionnaires. La pandémie de la COVID-19 est une opportunité pour les entreprises de montrer comment elles passeront de la parole aux actes.  

Chez Jarislowsky Fraser, nous avons amassé des données quant aux réponses des entreprises à la COVID-19  estimant que celles-ci peuvent être des marqueurs importants de bonne gouvernance et de qualité. Les premières preuves obtenues soutiennent ce point de vue. Tel qu’indiqué dans un document de travail de la Harvard Business School¹, « les entreprises dont les pratiques visent à protéger les employés et sécuriser la chaîne d’approvisionnement ont connu des flux monétaires institutionnels plus élevés et des rendements à la baisse moindre », lors de la liquidation massive de février-mars. À court terme, bon nombre de ces initiatives peuvent augmenter les coûts. Par contre, à long terme, nous pensons qu'elles contribuent à renforcer la résilience de l’entreprise  et sa place dans son écosystème. Nous croyons également que ces mesures augmenteront la fidélité et l'engagement des employés et des clients, et amélioreront les relations avec les régulateurs, les gouvernements et les autres parties prenantes.

L'essor du « S » en ESG

Nous assistons également à l’émergence du « S », le volet social, en raison de l’impact dramatique qu’a la pandémie sur l’humain. Intuitivement, des éléments comme i) Avoir de bonnes relations avec les employés et les fournisseurs, et ii) Avoir des employés et des clients heureux et en bonne santé, ont toujours été pertinents pour les entreprises et les investisseurs à long terme, bien qu’ils ont toujours été plus difficiles à traduire en chiffres.

Aujourd'hui, nous constatons que certaines entreprises le reconnaissent, notamment par la manière dont elles fournissent du support aux employés, aux clients, aux communautés et aux fournisseurs. Le soutien aux employés comprend des horaires de travail flexibles, un salaire à la hausse et des mesures de sécurité supplémentaires. Le soutien aux franchises et aux chaînes d'approvisionnement se traduit par une flexibilité au niveau du financement et de la logistique. Le soutien aux clients comprend des réductions ou un reports des frais ainsi que des conditions de paiement adaptées. À court terme, ces actions démontrent la résilience d'une entreprise tout en renforçant la fidélité de ses clients et en indiquant qu’elle privilégie les perspectives commerciales à long terme par rapport aux bénéfices à court terme. En outre, les entreprises qui priorisent la rétention des employés plutôt que les licenciements, lorsque cela est possible, contribuent non seulement à limiter les dommages économiques collatéraux de la pandémie, mais sont également dans une meilleure position pour reprendre les opérations lors de la reprise économique.

Contribuer aux solutions

Une autre tendance importante que nous constatons est la mobilisation des entreprises pour contribuer à trouver des solutions. Dans le secteur des soins de santé, nous avons vu des entreprises déployer des efforts visant à accélérer le développement de vaccins et de thérapies et à augmenter la capacité d’administrer des tests. Dans le secteur industriel, les entreprises ont réaffecté leurs activités et leurs talents à la production de matériel indispensable. Par exemple, la société française Air Liquide s’est joint à un groupe d'entreprises ayant une capacité de fabriquer 10 000 ventilateurs en 50 jours. Ces ventilateurs ont été vendu au prix coûtant et les entreprises ont absorbé les dépenses liées à la mise en place de ce programme sans précédent. Sur le plan technologique, les entreprises déploient des ressources en recherche et développement pour le suivi et le dépistage de virus, elles priorisent les annonces des autorités publiques sur la pandémie, et elles offrent un accès gratuit aux outils destinés aux secteurs de l'éducation et des soins de santé.

Du point de vue des investisseurs, la capacité des entreprises à être agiles et innovantes dans la résolution des besoins de la société est utile afin de les aider à identifier lesquelles sont mieux positionnées pour capter la demande émergente dans un monde post-pandémie.

Le dilemme du dividende

Une question qui préoccupe de nombreux investisseurs est de savoir si les entreprises continueront de verser leurs dividendes. Nous avons eu la chance de dialoguer avec de nombreuses entreprises au cours des derniers mois à ce sujet. Nous croyons que les dividendes sont un outil permettant aux investisseurs de participer au succès de l'entreprise. Dans le contexte actuel, il existe cependant un bassin plus large de parties prenantes qui ont besoin de soutien, y compris les employés et les fournisseurs, qui sont nécessaires au succès à long terme des entreprises et de l’économie. En tant qu'investisseurs à long terme, nous appuyons les conseils d'administration qui tiennent compte de ces considérations, lors de l'établissement de la politique de dividende à court terme. Ultimement, il s’agit d’une saine allocation du capital, et nous comptons sur les conseils d’administration pour exercer un jugement prudent dans le contexte de leur situation commerciale unique.

En conclusion

La pandémie accentuera certainement l'attention des investisseurs envers les facteurs ESG. Les premières données supportent l’idée que les réponses des entreprises à la COVID-19 peuvent être un marqueur important de bonne gouvernance, de qualité et de résilience des entreprises. La tendance à porter une attention accrue aux facteurs non financiers est particulièrement importante pour le volet social qui comprend la gestion du capital humain et l'intégrité de la chaîne d'approvisionnement. Les changements spectaculaires et potentiellement durables mettent également en évidence les entreprises qui sont capables d'innover et d'orienter leurs activités pendant une crise pour soutenir les éléments clés d'une économie et d'une société qui fonctionnent. En conclusion, la crise offre aux entreprises la possibilité de passer de la parole aux actes en termes de création de valeur pour toutes les parties prenantes.

Nous continuerons d'étudier ce sujet au cours des prochains trimestres, alors que nous cherchons à mieux comprendre le degré de persistance de ces effets au fil du temps et les implications à long terme en matière d’analyse et d’investissement.

¹Harvard Business School, Corporate Resilience and Response During COVID-19, Working paper 20-108, 2020.

back Retour